Jeunesse, démocratie, idéalisme

Cet article fait suite à un vif « débat » sur Twitter au sujet des élections.

Les concepts même de démocratie défendus par certains semblent bien désuets en ces temps de crise économique intense: les marchés ordonnent et les politiques exécutent. Le peuple n’a point son mot à dire. Les élections actuelles sont comparables aux jeux à Rome: divertissons le peuple et mettons à mal ses libertés. Où donc sont les libertés des peuples? Aux quatre coins du monde elles diminuent sous l’œil tantôt admiratif des peuples lorsque l’économie est en récession, tantôt horrifié lorsque pour conserver son pouvoir la classe dirigeante assassine sans vergogne son peuple. Pendant ce temps là, une autre partie du monde meurt de faim pendant que les dirigeants vendent leur pétrole et amassent des masses considérable d’argent. Il n’y a plus de démocratie.

Qu’est-ce que la démocratie ? D’après un extrait de Wikipédia: « La démocratie est le régime politique dans lequel le peuple est souverain. La formule d’Abraham Lincoln, la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », est l’une des définitions canoniques couramment reprise, ainsi qu’en témoigne, par son introduction, la Constitution de 1958 de la Cinquième République française. » , est-ce le cas en France aujourd’hui ? Laissez moi être clair sur mon point de vue: non ça n’est pas le cas et ça va aller en s’empirant. Aujourd’hui, la classe politique dirigeante est issue des même écoles, fait partie des mêmes clubs et fréquentent les même lobbyistes. Aujourd’hui se sont les entreprises qui dirigent ce pays et qui décident des lois qui les arrangent. Aujourd’hui le peuple qui défile en masse contre une loi est ignoré. Aujourd’hui c’est un pays de liberté sombre. Aujourd’hui nous faisons un pas de géant dans le passé.

Je peux citer deux exemples de la perte de pouvoir du peuple dans les « démocraties » occidentales: les États-Unis et la Grèce. Le premier vote sans cesse des lois plus liberticides les unes que les autres, et le second est mené à la baguette par les marchés sous peine de ne plus être aidé par l’Union Européenne. Ces cas démontrent à quel point le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple n’est qu’une énorme blague. Faire passer l’économie avant l’humain a détruit les démocraties et les a transformé en pompe à fric. Ces pays sont bien plus soucieux de rembourser les dettes et leurs intérêts plutôt que de sauver son peuple de la faim, du froid et du chômage. Le peuple est oublié, le dollar est roi, un roi tâché de sang.

La démocratie, mais à quel prix ? Les toujours so called démocraties occidentales se sont accaparés le monde comme s’il était à eux et l’exploitent et le détruisent sans aucun remords. Nous sommes responsables et coupables de ce qui se déroule dans le monde. Nous sommes, par le biais de ce que nous consommons, la source de la destruction de notre monde, de la faim et de la pauvreté. Si c’est ça la démocratie, le pouvoir à tout prix pour  que les entreprises fassent du bénéfice sur le dos des humains et de la planète alors je n’en veux pas. La démocratie à tout prix est une illusion de démocratie. Le savoir vivre et la vrai liberté nécessitent que celle-ci soit partagée par tous. Nous ne méritons rien et n’avons rien fait de nos vies. Nous vivons dans un système établi antérieurement à nous et nous nous en contentons nous ne sommes que de lamentables profiteurs qui n’avons même pas su se rendre compte à quel point notre entêtement à tous vouloir devenir riches et célèbres nous a conduit dans le mur. Le mythe du self-made man est un mensonge atroce qui pousse les gens aux pires ignominies pour avoir une superbe voiture totalement inutile. La société actuelle et le système nous poussent à l’individualité totale ce qui ne pourra jamais marcher.

La démocratie c’est le savoir vivre ensemble dans une égalité la plus parfaite possible. L’égalité c’est lorsque tous les Hommes sont vus de la même manière et ne sont « jugés » que par leurs compétences mais que personne n’est jamais laissé derrière. Les Hommes sont fait pour vivre en communauté, qui n’est que pas la somme des individualités mais la capacité de tout un chacun de mettre de côté ses ambitions pour une réussite commune. Nous ne sommes pas égaux dans ce pays. Une petite portion du peuple est privilégiée. La politique est accaparée par une élite qui se côtoie toujours et dont les objectifs sont les mêmes: l’auto-promotion, la réussite personnelle et l’argent. Ne soyons pas naïfs: s’ils l’avaient voulu une union des partis politiques de ce pays aurait pu ralentir la dégradation de la société et aurait pu permettre de conserver un semblant d’égalité et de dignité pour tous. Mais ils ne le veulent pas parce qu’ils veulent tous entrer dans l’histoire et se croient indispensables, ils pensent qu’ils sont indispensables mais ça n’est pas le cas. C’est une erreur, à mon avis, de croire que la classe politique est indispensable. La simple existence de cette dernière met en avant la défaillance de la république puisque le peuple dans son ensemble ressent comme une scission, une inadéquation de la classe politique face à ses attentes. Les politiques ne sont plus au contact de la réalité. Ils vivent dans un monde virtuel ou la vie du peuple n’est qu’un jeu.

La république est censée protéger les citoyens et faire de chacun d’eux un membre à part entière d’un tout. Elle est censée permette au peuple de disposer de lui même. Est-ce le cas aujourd’hui ? Avons-nous réellement le choix ? Sommes nous vraiment préparé à faire des choix politiques ? Trêve de suspens: non. Il est évident qu’aujourd’hui un grand nombre de lois et de réformes se font contre la volonté de la majorité du peuple et sans son consentement, ou même au contraire de sa volonté. La cinquième république a commencé à montrer ses limites avec l’avènement du président roi. Il ne faut pas se leurrer, les autres présidents n’étaient pas nécessairement meilleurs, mais ils avaient probablement compris qu’il ne fallait pas aller à l’encontre du peuple français, réputé peuple frondeur.

Peuple frondeur ? Peuple révolutionnaire ? Ce sont des histoires du passé. Le peuple français est un peuple mou, sans conscience politique, égoïste et qui vit sur ses acquis. Ça n’est plus un peuple vivant. Ceux qui affirment le contraire ne sont pas allé à la rencontre de la jeunesse. Cette jeunesse étourdie et qui n’en a rien à foutre de la politique. Cette jeunesse de fanboy sans cerveau qui est prête à répéter n’importe quoi tant que la forme du discours est spectaculaire. Cette jeunesse se fiche de la démocratie bien qu’elle clame avoir le droit de faire telle ou telle chose. Cette jeunesse est perdue parce qu’elle n’a pas été éduquée. Cette jeunesse n’a aucune capacité de rassemblement et à le cerveau évidé. Cette jeunesse fonce dans le mur parce que cette jeunesse a obéi à la génération précédente sans se poser de questions. Cette jeunesse ne sait pas remettre en question les bonnes choses. Cette jeunesse est perdue. Cette jeunesse sera au chômage avec ses doctorats. Cette jeunesse sera mal à l’aise au travail et aura des rapports conflictuels avec les autres générations parce qu’une partie cette jeunesse sent que quelque chose ne va pas bien. La jeunesse devrait être à l’avant de la vague et être en train de critiquer les gouvernements successifs qui bafouent les peuples au lieu de regarder secret story.

Aujourd’hui on nage dans le délire total. Aujourd’hui le français ne sait plus faire son devoir le plus primordial en tant qu’humain: réfléchir. Les gens ne s’informent plus. Ils sont prêts à croire n’importe quoi et le font. Ils ne vérifient jamais les informations qu’on leur sert sur TF1. Ils ne prennent pas la peine de comprendre pourquoi ce monde va mal. Ils préfèrent siroter un coca devant leur toute nouvelle télé 3D. Ils préfèrent consommer. Et voter. À mes yeux, le vote aujourd’hui n’est qu’une illusion que l’on donne au peuple. Les gouvernements se succédant ne sont pas en faveur du peuple et ce quelque soit leur bord politique. Les hommes politiques ne tiennent jamais leurs promesses. Ils préfèrent nommer leurs amis à des postes clés au lieu de nommer des gens compétents. Ils préfèrent faire plaisir aux entreprises plutôt que d’aider le peuple. Ils préfèrent s’enrichir que d’être intègres. Les hommes politiques sont des hommes corrompus. Ils n’ont que faire de ce pays, son peuple et ses valeurs. Ils préfèrent nourrir la haine de l’autre et la division. Un homme politique c’est fourbe, ça ment et ça travesti la réalité à son avantage. Avoir confiance en un homme politique, aussi charismatique soit-il c’est comme faire confiance à un mythomane.

Ces élections sont une mascarade. Une tentative de faire croire au peuple qu’il lui reste du pouvoir, mais c’est faux. Alors que faire? Eh bien, je n’en sais rien. Je peux, comme tout un chacun tirer mes conclusions de ce que j’ai vu ces dernières années. Je peux me dire qu’il faut agir. Je peux me dire qu’il est urgent de changer les choses. Mais je ne sais que faire. Je vois les injustices dans le monde et ne peut que faire des constats et me montrer indigné. Mais quels moyens avons nous réellement à notre disposition? Comment vaincre la désinformation de masse en place? Comment montrer aux gens qu’ils ne vivent que dans l’illusion d’une démocratie? Qu’ils ne disposent pas du pouvoir de décision? Encore une fois, je n’en sais rien. La première chose à faire c’est de constater que l’indifférence règne. C’est cette indifférence qui permet de telles dérives. C’est l’indifférence face aux dérives et à la corruption du système qui lui permet d’être gangrené. C’est la confiscation du pouvoir d’une élite qui permet de feindre l’ignorance. Cependant tout le monde sait que le système est au bord de l’implosion et plus les inégalités grandiront et plus nous nous quitterons ce que nous appelons une démocratie. Nous devons agir, oui. Mais comment ?

Alors oui, certains vont crier à la révolution. C’est pas que je sois contre, mais faire quelque chose de mal (voir pas) préparé, c’est pire que de ne rien faire. Il faut s’atteler à informer la masse, la sortir de son apathie et lui montrer ce qui se passe réellement dans ce pays, et plus globalement dans le monde. C’est à ça que sert le Web. Les articles pullulent. Les dénonciations de dérives aussi. Il faut maintenant que les journalistes suivent, qu’ils parlent ce qui se passe, de cet éveil douloureux des masses. La gueule de bois.

C’est à qui mieux mieux que les candidats du système en perdition  se présentent devant les français demain. L’un est probablement bien plus dangereux que l’autre. On le qualifie de pétainiste sur le Web. C’est un mot fort et qui implique de nombreuses conséquences. Mais clairement, cette campagne a viré du côté extrême de la politique. On aura vu un déchaînement de violence verbale tel qu’on en a plus vu depuis des années. On y a vu des candidats s’entre déchirer sur des sujets de moindre importance vu la paupérisation des français et la disparition de la classe moyenne. À mes yeux, les deux ne présentent aucun intérêt et auront quoi qu’il arrive des bilans désastreux (bien que pour le candidat/président-sortant ça soit déjà le cas). C’est pour ça qu’il est probable que je vote blanc. Même si voter fait de moi  un agent de ce système défaillant. Le vote blanc apportera peut-être une nouvelle donne à ces élections. Le vote blanc est celui du non-alignement, celui de la contestation. Parce que non, le vote blanc n’est pas un reniement du droit vote si durement acquis. Non, le vote blanc ce n’est pas distribuer une voix à sarkozy, mais lui montrer qu’il a participé à déconstruire la république et la démocratie. Oui, je ne voterais peut-être pas pour le candidat qui est contre sarkzoy mais je voterais quand même contre lui. Et non, ça ne fait pas de moi un pétainiste et quelqu’un qui est contre la démocratie. Je ne m’abaisserais pas à choisir un des candidats qui m’a été imposé par les médias et les instituts de sondagse, candidats du système, candidats pré-choisis par un système qui donne l’illusion du choix. Ce choix du vote blanc est une critique du système. Je critique le fait que les français se soient fait bernés par les politiques et qu’en choisissant systématiquement les même partis pour les diriger ils acceptent de devenir peu à peu esclaves. Alors oui, je tiens à ma liberté et c’est pour cela que je ne suis pas satisfait par ces élections.

Changer les choses ne peut se faire en un jour. Il n’y a pas de solutions miracles, il n’y en a jamais. Il est temps de se bouger auprès de ceux qui ont les solutions. Il ne suffit pas de voter pour le candidat contre le candidat le plus anti-démocrate pour se dédouaner de l’héritage que nous allons laisser aux générations futures. Injecter un peu d’idéalisme en politique, donner un coup de fouet à ces gens qui se moquent de nous c’est ce qu’il manque aujourd’hui. Ça sera le rôle des petits partis, qui lorsqu’ils auront vaincu leurs problèmes d’égo et les luttes internes pourront enfin changer les choses. Il faut que les futurs dirigeants de ce pays soient hors du système et n’aient pas été formatés par celui-ci, sinon les échecs se perpétueront ad vitam eternam.

___________________________________________________________

Lou Reed – Satellite of Love

The Cure – Love Song

The Cure – Lullaby

Suzi Quatro – The Wild One

Sunshine Underground – Commercial Breakdown

Rooney – Blueside

Radiohead – Just

Jefferson Airplane – Star Track

Jeffersion Airplane – Share A Little Joke

Jefferson Airplane – Crown of Creation

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s